welcome

Né de l’amitié entre Claude Nobs (fondateur du Festival) et Quincy Jones, le concept du Montreux Jazz Café a été développé afin d’offrir aux festivaliers un lieu convivial et chaleureux où se côtoient tous les amoureux de musique et les artistes. Concerts live, jam sessions, dj sets, projections d’archives audiovisuelles, expositions de photos et d’affiches: voici quelques uns des petits bijoux interactifs et activités qui se côtoient au sein du tout premier Montreux Jazz Café, ouvert lors de la 34ème édition du Festival.
 Depuis lors, ce lieu est devenu une véritable institution, une ambassade ponctuelle du Montreux Jazz Festival, un passage obligé pour tous les artistes après leurs concerts et un univers fascinant pour le public, regroupant toutes les valeurs essentielles du Montreux Jazz Festival: passion, histoire et convivialité.

La Montreux Jazz Academy débutera le 30 octobre

La Montreux Jazz Academy est un projet novateur d'accompagnement aux jeunes artistes qui façonnent la musique de demain. Les lauréats sélectionnés vont jouer, jouer encore et évoluer pendant une semaine intensive d'échanges avec des mentors, musiciens internationaux et acteur du music business.

La chasse est arrivée à Montreux!

Carpaccio de chevreuil, Vinaigrette à l’épine vinette, Copeaux de rebibe aux noisettes torréfiées
CHF 35.-

Dos de cerf en-lardé au jambon cru, Du saint Bernard et abatis, Sauce poivrade et garniture chasse
A partir de 2 Pers • CHF 55.- par personne

Joue de sanglier confite au Garanoir, Servis en cocote et sa garniture
CHF 55.- 

les cafés

Carte montrant les différent lieux de localisation des cafés Montreux Jazz

news

Prochain concert

Rootwords
30.10 in Paris café

Rootwords est né aux États-Unis (d'origine zambienne) et a grandi en Suisse. C'est dans ce pays qu'il est devenu un talent indéniable dans la scène de hip-hop internationale. Depuis l'âge de 16, il a cultivé son amour pour le hip-hop, la scène souterraine et les mesures explosives. "Un rappeur de citoyen du monde" est une bonne façon de définir l'esthétique de cet artiste qui, par ses textes et musique, exprime son attachement au multiculturalisme, à la diversité et au monde en général.

Prochain concert

Anna Aaron
30.10 in Montreux café

On avait laissé Anna Aaron il y a quelques mois dans l’environnement sylvestre et tellurique de «Dogs In Spirit». Un monde de tumultes intérieurs, de pulsations primordiales et de contemplations mystiques. Un premier album d’une force renversante, pour un talent d’une limpidité aveuglante, qui a donné à Anna Aaron une aura particulière sur la scène suisse, d’une beauté quasi vénéneuse. Aujourd’hui la chanteuse bâloise ressort du bois avec «NEURO», à l’orée d’un univers que l’on devine toujours aussi hanté, dense, sombre et tortueux. Mais si la signature vocale et mélodique restent, comme le piano souverain, Anna Aaron a su croître artistiquement autour de ces pôles magnétiques, et au-delà des attentes pourtant énormes reposant sur ses épaules.
Magnifiquement produit par David Kosten (Bat For Lashes), servi par la frappe de Jason Cooper (batteur de The Cure) et la science instrumentale de Ben Christophers (Bat For Lashes), «NEURO» visite des confins inédits, là où l’organique se fait immatériel, et questionne les frontières de la perception. «Avant, tout ce qui n’était pas physique était spirituel. Aujourd’hui, tout ce qui n’est pas physique est digital. C’est un peu comme si l’univers numérique avait sa propre mystique», explique-t-elle. A la source de ce deuxième album, la lecture de «Neuromancer» de William Gibson, ouvrage culte de la littérature de science-fiction datant de 1984, qui a énormément influencé les concepts et le lexique de l’ère internet. Anna Aaron en a fait son terreau créatif, et les morceaux ont poussé, presque d’eux-mêmes, gorgés d’une fluide nouveau. «Pour moi, la beauté est essentielle. Je la bois comme un homme mourant de soif dans le désert», souffle-t-elle lorsqu’elle évoque le phénomène insaisissable de l’inspiration. En bout de lecture, «NEURO» s’affirme, une fois encore comme une œuvre absolue, vitale. La matérialisation bouleversante d’une quête sans fin.

Crédit: Sabine Burger